Partagez | 
 

 A la recherche d'un marin [pv Nami-san]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Largon Denayah

avatar

Messages : 13
Haki : 5
Age : 24
Surnom : Largon

MessageSujet: A la recherche d'un marin [pv Nami-san]   Mar 8 Nov - 11:23

Enveloppé d'une longue cape noire malgré une température agréable, je me déplaçait tranquillement dans la grove n°44. Pistant un homme de la marine sans en avoir l'air, je marchais doucement en regardant les bulles monter lentement dans les airs. L'homme se dirigeant vers une ruelle moins fréquentée, je décidais que le jeu de la filature avait assez trainé. Je me mis à avancer plus rapidement, une main sur une de mes lame. Alors que j'allais l'attendre, une voix me ramena à la réalité.

"Largon mais que faites-vous? nous devons aller aux enchères voyons!"

Je grinçais des dents en entendant cette voix haute-perchée et dégoulinante d'aristocratie. Me retournant, je vis la propriétaire de ce cri. Madame Da Silva était le genre de femme qu'on pouvait qualifier de grasse dans son dos seulement, car le lui dire aurait été courir au suicide


"Excusez moi Ma dame, je pensais arriver dans une route plus fréquentée"


*Mais bon sang qu'est- ce qui m'a pris d'accepter cette escorte? Jusqu'où il faudra que j'aille pour cette mégère? Je rentre à l'hotel après ces ventes hideuses et je me casse!*

Je jetais un coup d’œil à l'homme qui m'avait obnubilé, déjà loin devant moi. Cette affaire attendrait un peu, après tout, il fallait savoir être patient...

Madame Da Silva se laissait porter par ses esclaves, sur un genre de lit ambulant. Cette femme toute entière me dégoutait mais elle avait été ma seule occasion de venir dans l'archipel sans passer par des contrôles, drastiques ces temps-ci. en me retournant vers elle, je lui offrait un sourire qu'elle ne méritait pas, enlevait ma cape pour avoir moins chaud et la confiait à un esclave de ma patronne. En costard, mon habit de travail préféré, je me remis à marcher, guidant les pauvres bougres qui devaient porter au moins deux cent kilos de graisse pure.


"Pourquoi ne monteriez-vous pas? Marcher est si... Vulgaire!

Je me retournais à nouveau, soupirant intérieurement, puis parlait en tentant de garder de plus en plus difficilement mon calme:

"Vous êtes bien aimable mais je préfère marcher, des fois que vos idiots de porteurs oublient de garder leur équilibre"

*Ce qui serait pas dur à comprendre vu ce qu'ils doivent soulever...*


Alors que ma patronn gloussait d'aise, je repris ma route en tentant de penser à quelque chose de gai.
Arrivants soudain dans une artère beaucoup plus fréquentée, nous fûmes entrainés par une foule compacte, caractéristique des avenues de Sabaody.
Tout à coup, j'entendis un cri qui me vrilla les oreilles. Me retournant d'un bloc, j’eus à peine le temps de voir une forme flou sauter de la chaise à porteurs de Madame. Comprenant aisément que Da Silva venait de se faire voler un de ses nombreux sacs hideux et bourrés de billets.
Agissant avant que quelqu'un d'autre n'ai put le faire, je me mis à courir après la voleuse, puisque c'était apparemment une fille.


*Qui que tu sois, merci. Enfin un prétexte pour m'éloigner et agir un peu comme je le veux*

Malgré la foule compacte, je réussis à suivre ma nouvelle cible. Voyant qu'elle s'engageait dans une ruelle étroite, je pris appuis sur mes jambes, bondissais sur les épaules d'un homme, continuais ma route. Un nouveau bon me propulsa sur le l'avant toit en bois d'une échoppe. Pour traverser la ruelle, il me fallait plus d'élan que je n'en avais. Avisant une planche branlante et longue, j'y apposais ma main et tendais l'autre droit devant moi. Une planche semblable à la première apparut et tomba pile de chaque cotés de la rue. Je pus ainsi traverser sans avoir à tenter un quelconque saut dangereux.
Je me remis à courir sans perdre de vue la voleuse. Comme j'avais un terrain plus dégagé qu'elle, je pus la rattraper. Une fois au dessus d'elle, je sautait. Au terme d'une chute de deux mètres environ, je parvenais à agripper les épaules de ma cible qui se cogna contre un mur. Je réussissais in extremis à l'immobiliser un peu et la regardait en face.

"Tu sais, c'est pas contre toi mais... faudrait pas que ma position soit compromise. Alors rends moi gentiment ce sac et on oublie tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nami-san

avatar

Messages : 737
Haki : 264
Equipages : Black Pearl

Mugiwara évolution :
Berry: 6M
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: A la recherche d'un marin [pv Nami-san]   Dim 13 Nov - 10:16

    L’archipel de Shabaody, Groove 44. Nami c’était retrouvée là-bas par une succession d’évènements rapides et dont elle-même n’était plus certaine. Elle se souvenait juste avoir dormie… Et elle s’était retrouvée dans une espèce de train qui faisait visiter la ville aux touristes venus en nombre. Sans trop avoir compris, elle était pourtant restée en compagnie d’un vieux monsieur tout à fait charmant, qui lui avait même proposé de lui acheter des babioles en tout genre. Elle avait décliné sa proposition, à plusieurs reprises, c’est qu’il persistait, et, à la fin du train, avait atterri au magnifique parc d’attraction de l’archipel. Là elle s’était tranquillement promenée en se demandant comment elle allait faire pour retourner à son bateau, située à son extrême opposé.

    Tout en réfléchissant, elle était passée devant un marchand à barbe à papa. Et, l’odeur arrivant, elle sentit d’un coup qu’elle avait faim. Elle s’en acheta donc une, et déambula sans destination dans le parc et finit par se retrouvée… Quelque part. Elle ne savait absolument pas où elle se trouvait, une nouvelle fois. Mais bon, pas moyen de se perdre dans l’archipel, ceux qui y vivaient avaient eu la merveilleuse idée de marquer les Groove sur certains arbres de chaque île. Du coup, il lui suffisait de trouver où c’était marqué…

    Mais là elle fut embarquée par une foule très étrange de gens et qui criait des propos incompréhensibles. Nami ne compris que le mot ‘Tenryuubito’. Ah oui tiens, elle les avait oublié eux. Alors elle se retrouvait dans une espèce de… Manifestation contre ces tyrans ? Bah, valait mieux qu’elle sorte vite de là, ils allaient se faire exterminer. Se rebeller c’était pas vraiment la bonne méthode contre eux. Il aurait mieux fallu utiliser une solution plus… Discrète. Mais bref, ce qu’elle devait faire elle, c’était sortir de là.

    Elle tenta de se glisser entre les gens, mais ils formaient une masse bien compacte, ce qui fit qu’elle mit un certain temps à sortir de là, ponctuer par des ‘Excusez-moi’, ‘Pardon’, ‘Désolée’ etc… Entre les cris des manifestants. Lorsqu’elle sortit enfin, elle soupira de soulagement et s’arrêta quelques instants histoires de respirer l’air frais. Elle vit au lieu l’attroupement qui gagnait du terrain et grimaça en s’imaginant comment ils allaient finir. Et chercha autour d’elle.

    Et c’est ainsi qu’elle atterrit sur le Groove 44. Celui où on vendait les esclaves. Celui où les gens riches allaient. Celui où Nami pourrait bien récupérer un peu d’argent… Attirer par l’appât du gain, elle se dirigea rapidement vers la rue principale. Là où se trouveraient sûrement quelques bonnes personnes à voler. La pirate repéra rapidement plusieurs pigeons à plumer, mais son regard fut d’un coup attirer vers une femme plutôt… Volumineuse. Assise sur un espèce de lit portés par des esclaves suant à grosses gouttes sous le poids plutôt conséquent de la dame. Nami eut un bref élan de compassion pour les pauvres hommes qui n’avait pas d’autres choix que d’obéir à cette femme.

    Et c’est ainsi qu’elle décida de la voler. Elle avisa ses sacs, et fixa celui qui avait l’air tout bonnement l’air d’être le plus rembourré. Elle s’approcha discrètement du lit, et prit le sac le plus rapidement possible avant de partir en courant. Nami prit le sac, pas très esthétique d’ailleurs, bien en main, et le porta de façon à ce qu’il ne gêne pas du tout ses mouvements. Bien sûr, elle entendit avant de commencer sa course un cri strident, montrant aisément que quelqu’un, d’idiot notamment, avait eu la mauvaise idée de voler.

    Et, ainsi, Nami vit que quelqu’un la suivait. C’était logique, une femme comme ça ne se promène jamais sans garde du corps. La voleuse utilisa toute sa vitesse pour courir, le plus vite possible. Jetant de brefs regards derrière elle pour voir où était l’autre homme. Elle se dirigea vite dans une petite ruelle, là où l’espace était considérablement réduit, et elle vit le bonhomme sauter sur un toit.

    Bien sûr, comme du coup elle ne regardait plus devant elle, elle faillit tout bonnement sur ramasser par terre de la plus élégante des façons. Mais elle réussit à se rattraper juste à temps à un objet de forme elliptique à côté d’elle. Elle reprit sa course le plus vite possible. Mais, pendant ce temps, l’autre avait trop gagné de terrain. Donc, après un magnifique saut de quelques mètres, il lui attrapa les épaules et la plaqua contre un mur. Sous le choc, la navigatrice grimaça, ça n’avait pas été des plus agréables. Mais l’homme réussit à l’immobiliser tant bien que mal, ainsi, elle fut coincer. Mais elle put le regarder plus en détails. Il avait un costard, habit des plus étranges d’ailleurs, courir avec ne devait pas forcément des plus pratiques… Mais Nami fut couper dans ses observations pas les paroles de l’homme.

    « Tu sais, c'est pas contre toi mais... faudrait pas que ma position soit compromise. Alors rends-moi gentiment ce sac et on oublie tout. »

    Nami grimaça de nouveau. Elle n’avait pas vraiment envie de le rendre… Elle serra le sac plus fort le sac, et sentit les billets qui bougeaient dedans. Après ça, elle secoua négativement la tête à l’intention du bonhomme.

    « Non, j’ai pas l’intention de le rendre. Que votre position soit 'compromise' comme vous dîtes, ça me dérange pas personnellement. Par contre, rendre un sac rempli de berrys que je viens de voler, ca, oui ça me dérange. »

    Elle le regarda dans les yeux et prit un air buté. Elle voulait cet argent…


I L♥️ve Timmy !!


"La mort n'est pas l'ultime vérité. Elle nous paraît noire de même que le ciel nous paraît bleu, mais elle ne noircit pas plus l'existence que l'azur céleste ne tache les ailes de l'oiseau." Rabindranath Tagore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Largon Denayah

avatar

Messages : 13
Haki : 5
Age : 24
Surnom : Largon

MessageSujet: Re: A la recherche d'un marin [pv Nami-san]   Lun 14 Nov - 9:43

La personne que j'avais pour ainsi dire capturé se trouvait être une femme, un peu plus petite que moi, plutôt jolie il fallait l'avouer. Outre une chevelure de feu, ses grands yeux, marrons, semblaient êtres capables d'exprimer tout ce qu'elle ressentait, sans distinction aucune entre les émotions. Je m'attardais un peu trop longtemps à mon goût sur le décolleté de son tee shirt assez large, puis sur un short court au point de me laisser une vue assez exceptionnelle sur ses longues jambes aussi incroyable que le reste de son corps que je devinais plus que je ne le voyais. Secouant la tête pour dissiper ces pensées pour le moment superflues, je me ressaisissait en un instant et la regardais intensément pour être sûr de capter toute son attention, certain qu'elle allait s'enfuir -ou du moins tenter de le faire.

*Bon sang, ressaisis-toi espèce de crétin, t'as envie de tout faire capoter? Combien tu as sacrifié pour en arriver là hein? Il faudrait pas qu'une femme, si belle soit-elle te détourne de ta route. t'es resté assez longtemps dans l'anonymat, tu t'es fais oublier, tâche de pas faire de vagues et finis ton boulot*

A peine mon monologue terminé, ma prisonnière décida de parler alors que ses doigts se crispaient sur le sac.

« Non, j’ai pas l’intention de le rendre. Que votre position soit 'compromise' comme vous dîtes, ça me dérange pas personnellement. Par contre, rendre un sac rempli de berrys que je viens de voler, ca, oui ça me dérange. »

Je tombais sur le cul en entendant cette phrase, si étrange dans cette situation, exprimée par une femme à la mine maintenant boudeuse. SI je m'y attendais à celle-là!

*Pas le temps de discuter, mon absence va être remarquée. Oh bordel, comme s'il me fallait ça!*

D'un seul mouvement, en tenant toujours l'inconnue par l'épaule, je dégainais la dague qui pendait du coté gauche de ma hanche et la ramenait brusquement sous une gorge offerte.


"Désolé pour toi mais ce n'est pas tant que tu veuilles voler cet argent qui me dérange. En d'autres occasions, je t'aurais même aidé sans hésitations mais.... Cette cliente, si je la perd, je perds une occasion unique de me venger. Et ça, je peux pas le permettre"


Je la regardais dans les yeux à nouveau, insensible à ses charmes, souhaitant un peu qu'elle refuse pour que je puisse réprimer une envie assez sadique de la blesser. Pour noircir encore un peu le tableau, je décidais de reprendre la parole, essayant de l'effrayer un peu

"Tu te souviens d'un certain Largon Denayah? Un type qui tuais des membres de la Marine sans aucune raison apparente et qui à disparu de la circulation voila 1 ans? Et bien sache que je reprend du service et que j'ai pas l'intention de me laisser mettre des bâtons dans les roues par une gamine dans ton genre"

J'augmentais la pression de ma lame pour appuyer mes dires en attendant la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nami-san

avatar

Messages : 737
Haki : 264
Equipages : Black Pearl

Mugiwara évolution :
Berry: 6M
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: A la recherche d'un marin [pv Nami-san]   Sam 19 Nov - 0:32

    Juste après que Nami eut dit ses paroles, l’homme en face, sans lâcher la voleuse, sortit habilement une dague de sa poche et la posa contre la gorge de la jeune femme. Argh, Nami l’avait senti venir celle-là. Trop logique dans ce genre de situation. Mais bon, bien qu’elle ne change pas d’attitude, se faire menacer de la sorte n’était jamais très agréable. Mais elle ne pouvait se résigner à donner le sac à l’inconnu. Tout cet argent ‼ Jamais elle ne pourrait le rendre. Ou peut-être à l’agonie, ou sur le point d’être égorgée elle ferait une exception. M’enfin, là elle voulait d’abord tout tenter avant de le rendre. Elle avait peut-être une chance ? Une petite ? Alors autant l’exploiter. Elle allait pas se laisser faire… Ou du moins pas cette fois. La pression du couteau sur sa gorge ne la ferait pas changer d’avis. Pas tout de suite en tout cas. Mais les paroles du bonhomme la dérangèrent dans sa réflexion.

    « Désolé pour toi mais ce n'est pas tant que tu veuilles voler cet argent qui me dérange. En d'autres occasions, je t'aurais même aidé sans hésitations mais.... Cette cliente, si je la perds, je perds une occasion unique de me venger. Et ça, je peux pas le permettre »

    Nami réprima une grimace, c’était mal parti pour elle. Très mal parti. Il avait l’air déterminé… Et puis c’était pas vraiment rassurant comme il la regardait… Le but aussi était plutôt de lui faire peur pour qu’elle rende l’argent, mais bon, y avait des limites tout de même ! Là, si ce n’avait pas était une question d’argent, Nami aurait sûrement rendu tout… Mais malheureusement, pour elle, c’était de l’argent. Et donc elle ne cilla pas et, au prix d’un grand effort, ne baissa pas les yeux. Et écouta l’inconnu qui avait repris la parole…

    « Tu te souviens d'un certain Largon Denayah? Un type qui tuait des membres de la Marine sans aucune raison apparente et qui a disparu de la circulation voilà 1 an? Et bien sache que je reprends du service et que j'ai pas l'intention de me laisser mettre des bâtons dans les roues par une gamine dans ton genre. »

    Nami haussa un sourcil. Largon Denayah ? Elle ne se souvenait pas de ce nom… Elle l’avait peut-être déjà entendu… Mais rapidement. Et la pirate décida de ne pas s’attarder sur le ‘gamine’. Par contre, la pression de la dague contre sa gorge devenait un peu… Embêtante. Ce n’était pas super agréable, et son sang finirait pas couler à force d’appuyer. Elle avait l’air bien coupante l’arme quand même… Et la mort qu’espérait Nami n’était pas de finir égorgée non plus. Donc elle avait le choix. Ou bien elle rendait l’argent bien gentiment et s’en tirait sans trop de bobo, ou alors elle tentait de garder les berrys jusqu’au bout… Au risque de finir blessée, agonisante, ou bien morte.

    Après une courte réflexion d’une demie seconde, Nami opta pour la seconde idée. Pour une fois elle allait prendre des risques… Et d’abord répondre aussi, réfléchir c’était bien, agir c’était mieux. Malheureusement, dans sa situation actuelle, le moindre geste qu’elle ferait la mettrait dans de mauvais draps. Donc ne lui restait plus que la parole, déjà pour faire relâcher la pression, c’était douloureux, et ensuite pour qu’il la lâche tout court. Elle prit donc la parole.

    « Tout d’abord, je n’ai jamais entendu parler d’un quelconque Largon, vous surestimez votre réputation. Ensuite, c’est certes dérangeant d’être menacée de mort, mais je n’ai pas l’intention de rendre l’argent. Que vos crimes soient si horribles je peux le concevoir, mais ça ne change absolument rien. Maintenant, si vous avez des arguments plus convaincants, je veux bien les entendre, de toute façon je n’ai pas le droit… Mais si à côté vous pouviez relâcher un peu la pression sur la dague, ce serait gentil. C’est qu’argumenter en ayant un couteau appuyer contre la gorge, ce n’est pas très pratique pratique. »

    Ensuite la navigatrice le regarda. Un regard qu’elle voulut indifférent, mais qui ne l’était pas tant que ça… Encore la voix ce n’était pas trop compliqué de l’empêcher de vaciller, mais autant le regard, c’était plus compliqué… Pour faire simple, elle aurait bien aimé baisser les yeux… Mais la situation ne le permettait pas vraiment.


I L♥️ve Timmy !!


"La mort n'est pas l'ultime vérité. Elle nous paraît noire de même que le ciel nous paraît bleu, mais elle ne noircit pas plus l'existence que l'azur céleste ne tache les ailes de l'oiseau." Rabindranath Tagore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Largon Denayah

avatar

Messages : 13
Haki : 5
Age : 24
Surnom : Largon

MessageSujet: Re: A la recherche d'un marin [pv Nami-san]   Mer 23 Nov - 9:00

Le regard déterminé de mon interlocutrice braqué sur moi, j'attendais, ayant toutefois un peu de mal à respirer. Le délicieux contact de sa peau douce contre la mienne. Depuis quand je n'avais pas connu ça? Certainement depuis que je ne côtoyais que je gratin de la société.

*En même temps, il n'y a que des grosses moches, des serveuses névrosées et des jeunes prédatrices maquées à des vieux.... Faut que je quitte ce monde et vite*

Perdu dans mes pensées, il me fallu faire un effort assez conséquent pour entendre ce que ma prisonnière avait à me dire.

« Tout d’abord, je n’ai jamais entendu parler d’un quelconque Largon, vous surestimez votre réputation. Ensuite, c’est certes dérangeant d’être menacée de mort, mais je n’ai pas l’intention de rendre l’argent. Que vos crimes soient si horribles je peux le concevoir, mais ça ne change absolument rien. Maintenant, si vous avez des arguments plus convaincants, je veux bien les entendre, de toute façon je n’ai pas le droit… Mais si à côté vous pouviez relâcher un peu la pression sur la dague, ce serait gentil. C’est qu’argumenter en ayant un couteau appuyer contre la gorge, ce n’est pas très pratique pratique. »

Je me pris une claque monumental dans la tête. Le genre de truc qui n'arrive pas souvent lorsqu'on menace les gens. Complétement troublé, je levais ma dague, persuadé de ne plus rien pouvoir faire d'autre pour récupérer l'argent. Il n'y avait rien d'autre à faire n'est-ce pas?

"Pardon, mais tu ne me laisse pas le choix..."


D'un coup sec et rapide, je lançais mon bras vers le ventre de ma victime....

Lorsque je sentis la poignée de mon arme disparaitre. Par pur réflexe me rendis-je compte, j'avais dupliqué ma lame pour ne pas l'abimer et éviter de la perdre bêtement. Le délai passé, la copie s'était évaporée. Ma main arrêtée à quelques centimètres du ventre de la rousse, sûrement aussi incrédule que moi, je réfléchissait. Il y avait peut être un sens à ça, même si je n'y croyais pas réellement


*Vieux frère, c'est peut être que c'est le moment de se retirer de l'aristocratie, pour vivre enfin un peu au calme. Depuis le temps que t'attend un signe, le voilà!*

Me redressant, un sourire franc et rayonnant sur les lèvres, je me rendis compte que je m'était collé contre la voleuse, sûrement pour m'appuyer contre le mur suite à la surprise. Sans bouger d'un poil, je me mis à chuchoter dans l'oreille de la jeune femme.

"J'ai une idée qui nous arrangerait toi et moi. Je t'explique, je connais le code du coffre de la grosse. Tu me rend le sac, je finis mon affaire ce soir et on se barre avec la cargaison. Je prendrais juste mon paiement, juste ce qui m'est dû. Tu garde le reste. Et crois moi, pour avoir vu la salle, Les berrys se comptent par milliers. 8 heures, c'est juste ce que je te demande, rien de plus. On re rejoint le soir, un rentre, on sort, fini. J'en ai marre de ces bourges mollassons et aigris. Tu m'as rappelé que dans ce monde de fous, il y avait des gens qui se battaient pour leurs conviction, même s'il ya la mort au bout de leur chemin à cause de ça.... Merci"

Mon ton était sincère, ou tout du moins je l'éspèrais. Pour ponctuer mes remerciements, et surtout pour me faire plaisir à moi, je décidais subitement de coller mes lèvres à celles de la jeune fille, terriblement attirante maintenant que je me faisais la réflèxion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche d'un marin [pv Nami-san]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche d'un marin [pv Nami-san]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mugiwara Evolution :: Grandline :: Grandline :: Archipel de Sabaody-
Sauter vers: