Partagez | 
 

 Une rencontre entre un pirate, un révolutionnaire et des marines, quoi de pire ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex Mercer

avatar

Messages : 398
Haki : 301
Surnom : Asura, Le dieu-démon

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 3,5M
Fruit du Démon: Ishi ishi no fruit (logia de la pierre)

MessageSujet: Une rencontre entre un pirate, un révolutionnaire et des marines, quoi de pire ?   Jeu 18 Aoû - 13:00

Cela faisait quelques jours que j'étais de retour sur les mers et j'avais envie de redécouvrire les îles, peut-être pour m'habituer à ces 6 mois d'absences. Enfin, j'avais décidé d'aller voir LogueTown, la fameuse ville qui a vue la mort du seigneur des pirates, Gold D. Roger. Je ne sais pas se qui pousse vraiment les pirates à partir sur les mers à la recherche du "One piece". Ce n'est qu'un trésor, rien de plus. Surtout que ça donne du boulot pour les marines, se qui veux dire plus de boulot pour nous, les révolutionnaires. Mais, bien que j'en sois un, j'ais pas l'impression d'être à ma place dans se rôle de révolutionnaire, enfin, peu importe maintenant...

Je passais entre la foule en évitant le plus de monde possible, il semblerait que les gens ne soient pas surpris par mon apparence, ils doivent se dire que je suis un chasseur de prime, quoi de plus normal dans se genre de ville ? Bah, de toute façons tant pis, sa me fait bouger le corps, c'est bien. J'arrivais sur la grande place, avec au bout un immense échaffaud, là où la tête de Roger fut tranchée devant le public. Une bien triste fin, enfin, ce n'est pas vraiment mon problème, disons même que je m'en fiche complêtement...

Soudain l'orage commença à gronder, les nuages noirs apparurent rapidement sur la place et la pluie ne tarda pas à arriver. Tout le monde sortit un parapluie...sauf moi, faut dire qu'un voyageur ça se promène pas avec un parapluie, enfin bref. Pour ne pas être mouillé jusqu'au os, je partis en direction du premier bar que je trouvais. Je m'installais sur le comptoir en commandant une bière, j'observais autour de moi, voyant deux côtés bien distinc. D'un côté surement les pirates, de l'autre des marines en tenue, sauf un, qui est torse nue avec seulement un short comme habit...

*Pff...je savais que les marines avaient des habitudes bizzares mais là...*

Enfin, je sortais une cigarette de ma poche et l'allumais en commençant à fumer, je continuais à observer tout ce petit beau monde en espèrant que ces derniers ne remarque pas mon sourire moqueur...


Pnj: Guts



"Tss...à peine j'ais quitté mon île d'entraînement que j'ais envi d'y retourner. Tout ce monde avec ces guerres et tout le tralala...Mais je sais que quelqu'un m'attend, je ne peut la faire attendre plus longtemps...je me demande qu'est-ce qu'elle pensera de moi quand j'aurais pas ma capuche..."

"Tss...n'ai pas peur de mourir de la main d'un homme, ait peur de mourir par la main du destin..."

"Tu es ma proie dorénavant, alors comporte-toi comme une bonne proie. Fait en sorte de survivre le plus longtemps possible pour qu'a la fin je puisse voir ton regard empli de désespoir..."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Romario

avatar

Messages : 35
Haki : 18
Age : 23
Surnom : L'éclair Blanc

Mugiwara évolution :
Berry: 0
Wanted: 0
Fruit du Démon:

MessageSujet: Re: Une rencontre entre un pirate, un révolutionnaire et des marines, quoi de pire ?   Ven 19 Aoû - 3:59

J’arrivai enfin a loguetown après plusieurs jours de traverser sur East Blue. Il était d’ailleurs temps que j’atteigne la terre car le ciel se commençait à se couvrir. De gros nuages noirs se formait au dessus de ma tête menaçant de faire éclater un orage à tout moment. Mon embarcation étant un modeste vaurien, n’aurai pas survécu à une tempête de force 4. Lorsque j’amarra mon bateau au port, il se mit à pleuvoir. Ce fut une sacrée chance d’avoir eu un si bon timing. La pluie ne faisant aucun effet sur moi, je me rendis main dans les poches, en direction du centre ville. Les rues qui devaient être remplis dix minutes avant, se vidèrent de la population. Soit les passants ce réfugiais sous les devantures des boutiques, soit ils étaient dans des bars. Il en restait quand même un certain nombre qui c’était réfugié sous un parapluie. Sauf un homme mais qui ne tarda pas à entrer dans un bar à son tour. Je l’avais particulièrement remarquer à son apparence ainsi qu’à son visage qui m’avait paru familier. Je détournait mon attention sur lui pour la reporter au lieu où je me trouvais. Je venais juste de remarquer que je me tenais sur la grande place où se dressait un immense échafaud. C’était donc là où le fameux seigneur des pirates, Gold D. Roger fut tristement exécuter. La ville où tout ce commence et tout ce fini. Le point de départ des pirates qui veulent suivre les traces du légendaire One Pièce. Quelle histoire ils avaient inventés encore? Non que je n’y croie pas, seulement que ce genre de légende ne m’atteigne pas spécialement. Je ne dit pas qu’elle sont mauvaise. Elle permette de mettre un peu de magie dans ce monde lasse ainsi que de donner à certaine personne l’envie de croire en leurs rêves. Que le fameux trésor existe ou non, cela m’importai peu. J’errai sans but dans l’océan. C’était avant tout, un passe temps. Une occupation qui servait à tromper mon ennuie.
Plus je restais là devant l’échafaud perdu dans mes pensées, plus je me faisais tremper jusqu’au os. Je regardais autour de moi, la place était pratiquement déserte. Seul deux trois personnes la traversait en courant pour ne pas se faire mouiller. Malgré les nuages, l’on pouvait supposé que la nuit était là. Je décidais alors de rentrer dans le bar le plus proche en attendant de que la pluie se calme puis partir à la recherche d’une chambre pour la nuit.
Une fois passer le seuil de la porte, une chaleur plus tôt agréable s’empara de moi. Je cherchai l’origine de cette source de bien être et mon regard se posa sur une cheminé où un feu flambait et crépitait aisément. Je balayai rapidement la salle d’un coup d’œil ce qui me suffit pour remarquer que les clients était séparés en deux groupes bien distinct. Les marines d’un côté, [i]reconnaissable à leur uniforme, sauf un qui paraissait avoir chaud pour être seulement vêtu d’un short, et les pirates avec leurs allures plus négligées. Je n’avais pas tout de suite aperçu que l’homme de la rue de tout à l’heur se trouvait au comptoir entrain de boire une bière. Il jugea ensuite la clientèle d’un regard puis sembla se moquer d’elle intérieurement tout en s’allumant un clope. Je fixai ardemment son visage pour essayer de me remémorer où j’aurais pus l’avoir déjà rencontrer. N’obtenant pas de réponse, je décidait de m’occuper de cette question plus tard. Mes vêtements dégoulinants commençaient à coller à la peau. Je me rapprochai donc du foyer en espérant sécher un peu. Dos à la cheminé, j’observais encore l’inconnu. C’était vraiment étrange cette impression de déjà vu.
Lorsque je me senti plus sec, je me rapprochai du bar où j’y commanda un petit remontant. J’hésitai quelque instant avant d’aborder l’homme que j’avais pris soin de prendre comme voisin. Je me disais que si je voulais me rappeler où je l’avais déjà croiser, le seul moyen était de lui demander directement.


« Excusez moi, es-ce que par hasard on se serais déjà rencontrer ? »


L’inconnu se tourna alors dans ma direction. Il me fit donc face. C’est alors que le souvenir de ce visage me revint en mémoire. Comment avais-je pus l’oublier. Cet homme que je voyais tout les dimanches matin dès que le soleil pointait ses premiers rayons. Cet homme qui m’accueillait toujours avec le même sourire commercial. Ce même homme avec lequel notre conversation n’a jamais dépasser le stade du « Bonjour, deux baguettes s’il vous plait _ Tien mon garçon, 2 berrys. Merci, au revoir. » Le boulanger. Non vraiment, je ne voyais pas pourquoi il me faisait penser à lui. Alors qu’il était vieux et avait les cheveux blancs, l’homme qui se tenait devant moi avait une chevelure d’une encre noire et devait posséder à peine la vingtaine d’années.
J’étais très embarrasser à l’idée de les avoir confondus. Je senti mes joues se rosir quel que peu tandis que j’essayai de me rattraper au près du jeune homme.

« Oh navré. Je crois bien vous avoir confondu avec une de mes connaissances. »

Je me détourna ensuite de lui pour faire face à mon verre vide. Je fit signe au barman de le remplir de nouveau et le revida d’une traite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une rencontre entre un pirate, un révolutionnaire et des marines, quoi de pire ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mugiwara Evolution :: RPG :: East Blue :: Loguetown-
Sauter vers: